En guise de conclusion… une invitation à faire du commun

Remettre au centre l’humain n’est pas un rêve inaccessible : c’est une nécessité

Ce travail d’étape est une invitation. Il dit – avec une relative économie de mots – qui nous sommes et ce que nous voulons. Nos travaux sont bien plus riches : des commissions, des groupes de travail, des auditions et de nombreuses publications sont à votre disposition pour en savoir plus.

Nous versons toutes ces contributions au débat, à la réflexion, à l’enrichissement.

Nous espérons que ce document lève des incompréhensions sur la nature de nos engagements ou des méconnaissances sur nos objectifs.

Nous proposons – à chacune et chacun d’entre vous – de mobiliser ensemble nos intelligences, nos expériences, nos idées au service de l’avenir, de la gauche, de la France.

Notre démarche est ouverte, constructive et offensive. Nous voulons ouvrir un débat public à des milliers de voix.

Nous voulons le faire avec vous car rien ne pourra se faire sans vous. Nous créerons donc les conditions des échanges, du travail commun, de la confrontation des idées et des propositions.

Ce projet prend appui sur tout ce qui bouge ici dans le sens du progrès social et humain, ici et dans le monde. Nous pensons indispensable de reprendre ensemble la main sur notre destin commun.
Nous savons que rien ne se fera sans un large rassemblement. Nous y travaillons et travaillerons sans relâche.

Et puis, au nom même de cette immense ambition pour faire changer les choses, nous avons la modestie de penser que nous n’avons sûrement pas les solutions à toutes les questions et qu’il est donc utile de travailler très largement pour rendre efficace et crédible ce projet.

Notre ouverture d’esprit à mener ce débat est totale.

Ce texte est un appel à confronter analyses et hypothèses, à donner corps à des propositions, à affiner une visée et à se donner de la force.

Les communistes et leur parti, pleinement conscients de leurs responsabilités et des urgences du moment, veulent ainsi faire œuvre utile.

Redonner des couleurs et du sens à l’envie de changer, ouvrir de nouveau les chemins de l’espoir pour l’émancipation humaine, voici l’esprit du chantier que nous vous proposons d’ouvrir ensemble.

Et nous le faisons avec une furieuse envie de réussir.

4 réflexions au sujet de « En guise de conclusion… une invitation à faire du commun »

  1. Après avoir lu rapidement votre conclusion, la première des nécessités   « c’ est de réaliser l’ UNION des forces de gauche: PCF LO NPA aile gauche du PS EELV  etc……… et d’ autres démocrates: Syndicalistes Ouvriers Employés Cadres Petits-patrons Artisans Commerçants etc……

    Dès maintenant, il est indispensable de « ratisser » large , afin d’ anticiper sur les résultats à venir (les régionales) ; les socialistes ne sont plus à gauche !!!

    1. Je pense que nous ne renonçons pas aux électeurs du FN . Peut on imaginer nous passer des électeurs du PS ?

  2. Nous avons vu avec la Grèce que la finance a été plus forte que le peuple .

    S »il y a un chapitre sur les banques ,il n’y a que la nationalisation des autoroutes .

    La finance a eu raison parce qu’il y a la dette . Comment peut on faire comme si elle n’esistait pas ?

  3. Ce siècle sera celui des guerres ou du mouvement d’émancipation général d’individuation et de conversion libre à un humanisme communiste du XX I siècle rendu possible du fait du développement économique du libéralisme.

    Dépasser le processus d’individualisation par l’argent , pour s’ouvrir à l’étrangeté de notre individuation indépendant du système économique dans lequel nous vivons , du territoire ou nous nous trouvons pour former la communauté citoyenne du monde pour préserver la PAIX et l’Environnement offrant à chacun les moyens innapropriables pour se loger , s’instruire , se soigner , se cultiver, gérer la maison Monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *