Un autre chemin – Ville et ruralité : repenser les territoires

Penser les territoires, la ville de demain et l’avenir de la ruralité est devenu indispensable. Le recul des politiques publiques d’aménagement, la mise en concurrence des territoires, les inégalités de développement économique, la fermeture de services publics, les réformes institutionnelles successives ont profondément fragilisé la cohésion territoriale de notre pays. Demain, 80 % de la population habitera en ville, pourtant cette dernière est aujourd’hui au cœur de la fabrique des inégalités et ne répond plus aux besoins de ses populations. La crise du logement est profonde, et chaque année 100 000 Français sont dans l’obligation de quitter les centres-villes devenus inabordables. Les populations les plus fragilisées sont reléguées en périphérie, en proie à la relégation et à la discrimination territoriale.

L’heure est à repenser la « ville nouvelle », une ville durable, multifonctionnelle, fondée sur la mixité sociale, le bien- vivre et le droit à la ville pour tous. Rééquilibrer les territoires passe par la mise en œuvre d’une vraie solidarité, en renforçant notamment la péréquation financière et la loi de solidarité et de renouvellement urbain (SRU), en lançant un nouveau plan de rénovation urbaine, en investissant dans les services publics, notamment dans les transports, et en donnant à la politique de la ville les moyens de ses objectifs.

Construire la ville de demain, c’est aussi repenser son rapport avec le reste des territoires. À l’inverse de la logique actuelle qui favorise l’émergence de métropoles hyper centralisées, de pôles d’activités étanches qui condamnent le reste des territoires à la marginalité, nous devons impulser un mode de développement plus horizontal et homogène. Dans ce dispositif, la ruralité doit avoir toute sa place. Réinvestir les départements ruraux en faisant le pari de l’agriculture durable, de l’artisanat, du développement des savoir-faire, en redéployant un réseau de transports et de services publics au service des territoires et des populations, doit permettre à ces territoires de redevenir attractifs.

Cette nouvelle ambition dans l’aménagement du territoire, nous la couplons avec une haute exigence démocratique. Respecter les territoires et investir pleinement la souveraineté des citoyens vont de pair. A l’opposé des dernières réformes institutionnelles qui concourent à éloigner le pouvoir des citoyens, nous pensons que la modernité de la démocratie s’inscrit dans un rapport de proximité préservant la commune et favorisant les coopérations entre communes, départements et régions. Notre République, nous la voulons, une, indivisible et décentralisée. Chaque citoyen, quel que soit son lieu de résidence, doit pouvoir pleinement jouir de ses droits démocratiques d’intervention dans le débat public. Il faut stopper la dynamique actuelle de « technocratisation » de la vie publique en réinvestissant les territoires et le pouvoir citoyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *